Swingrise – Au pas balancé vers l’éveil cosmique.

C’est sortir de sa nuit, de ses rêves, sans encore être connecté à son quotidien, à ses préoccupations et ses soucis, oubliés depuis la veille, simplement en se balançant dans le petit matin et se dirigeant vers le promontoire à la vue dégagée vers l’est, théâtre où le soleil se levant pourra être salué. En dissolvant toutes les tensions inutiles laisser son corps entrer en résonance dans ses mouvements et avec son environnement.

Ce rituel, fondateur d’un nouveau jour, éveille et élargit notre conscience dans la dimension cosmique. La préparation et l’hygiène de vie qui est pré-requise pour pouvoir le faire dans l’allégresse est hautement éducative et finit par donner un formidable enthousiasme à s’accomplir par cette pratique de mouvement essentiel et évident.


Mesdames, Messieurs,

J’ai l’honneur de vous présenter :


Aller en résonance – au pas balancé


GotoR

GotoR

J’ai découvert cette manière se bouger et se déplacer avec le corps en résonance il y a environ 8 ans. Je n’avais pas encore la forme que j’ai maintenant mais me nourrissais déjà bien mieux qu’auparavant. Je savais qu’il me manquait de faire de l’exercice physique pour être en forme pour stimuler mon métabolisme. Je me suis alors mis à courir. Dans mon entourage tout est en pente et cela est fort éprouvant pour un débutant car de courir en montant une pente demande beaucoup d’effort. Mais c’était là les conditions idéales pour découvrir cette nouvelle façon de courir. “Nouvelle” parce que on ne voit jamais, ou au mieux très rarement, la faire par personne car tout le monde semble se conformer à ce qui est considéré comme ‘normal’.  En effet cette manière peut évoquer le déhanchement d’une drag-queen : les bras sont pendantes, le mouvement des hanches et des épaules sont amples. Ça vient du fait que le tronc placé en équilibre sur le bassin est décontracté et qu’on laisse aller le mouvement va-et-vient du bassin et des épaules en amplitude pour que le ‘twist’ ou la torsion de la colonne vertébrale fasse résonner celle-ci comme un diapason.

Cette manière de se bouger n’est pas nouvelle car elle résulte d’un laisser aller plaisant à notre physiologie. Pourquoi faudrait-il se contacter le tronc et les bras en courant,comme tout le monde le fait ? Je crois que parce que on se copie les uns sur les autres pour être conforme à une ‘normalité’ ? Il faut donc dépasser cette auto-censure de vouloir se conformer à la ‘normalité’ dans son comportement pour pratiquer ce pas ou cette course balancé.

Je le pratique maintenant très volontiers lors de mes déplacements : pour aller au jardin ou pour faire un tour, ou encore tôt le matin pour aller saluer le lever du soleil au théâtre en haut de la montagne. Dans ce dernier cas je l’appelle “Swingrise”  ce qui est en anglais et  combine ‘balancement’ et ‘lever’. C’est là un rituel de rendez-vous cosmique.

Ayant aussi appris entre temps d’atterrir sur l’avant pied et d’y rebondir puissamment ; comme on est obligé de faire quant on coure pieds nus ou avec des chaussures sans talon, car autrement on se démolirait le dos. Et ainsi ça devient ‘félin’, silencieux et accompli.


Pourquoi le faire ?


Pour bouger en joie et reformater le corps depuis sa racine, sensible et universelle.


 


 

jeune femme pendulant

 

 

 

 

IMG_1909

Laisser un commentaire